Attestation de capacité de conduite ?

Comme cela existe dans certains pays (Québec par exemple), nous avons étudié la mise en place du passage d’une attestation de capacité de conduite, un examen qui serait obligatoire tout les 3 ans par exemple pour contrôler que les conducteurs sont toujours en capacité de conduire (réflexes, mobilité, vision, …).

Le sujet est d’ailleurs souvent abordé par les Français, surtout lorsqu’ils parlent des personnes âgées, lorsqu’ils jugent qu’elles deviennent dangereuses sur la route, pour eux et pour les autres.

La mesure étudiée n’est cependant pas à l’unique destination des personnes âgées. En effet, certaines personnes peuvent perdre leurs facultés prématurément (alcoolisme, séquelles d’un accident, Parkinson, …).

Après avoir travaillé sur le sujet en comité, l’idée de cette attestation est peut-être une fausse bonne idée. En effet, voici les éléments principaux sortis de nos discussions :

  1. Combien de morts sont causés par des personnes qui n’étaient plus en capacité de conduire ? Après analyse des statistiques fournies par le prévention routière, même si le nombre exact n’est pas précisément identifié pour le cas que nous étudions, il semblerait qu’il soit minime.
  2. Si on supprime l’autorisation de conduire à quelqu’un et principalement concernées les personnes âgées, nous nous devons de leur proposer des alternatives.
  3. Quels seraient les critères de validation ? Un test de conduite ? Juste un examen médical ?
  4. Il est fait remarque que l’agressivité des gens au volant et peut-être plus accidentogène que les personnes âgées elles-même, qui se retrouve ainsi acculées, en situation de stress, mal à l’aise, et par conséquent moins concentrées sur leur conduite.
  5. Nous évoquons la possibilité qu’un équipement d’intelligence artificiel analyse en continu la conduite, pour en déduire lui-même de la non capacité du conducteur. Problème, la surveillance et l’atteinte à l’intimité des gens représente un réel blocage sociétal, pour l’instant.
  6. Le débat s’oriente vers les jeunes conducteurs. Plutôt que de traquer les personnes âgées qui roulent juste doucement, pourquoi ne pas limiter la puissance des voitures pour les jeunes conducteurs pendant les premières années ?
  7. Enfin, le temps de mise en place de telles mesures nous fera certainement arriver dans l’ère des véhicule autonome. Alors pourquoi risquer une telle révolution impopulaire ?

N’hésitez pas à compléter le sujet en nous écrivant.